Nous avons tous déjà acheté de supers couteaux et en sommes fiers. Mais voilà, le temps passe, les coupes s’enchaînent et petit à petit nous avons tendance à mettre ce couteau au fond du tiroir puisqu’il est de moins en moins efficace. Ce sujet abordé, vous permettra de connaître les différents ressorts pour maintenir le tranchant de votre couteau sans en abîmer le fil.

Les recommandations d’utilisation des couteaux de cuisine

Avant de parler d’affutage ou aiguisage, il est nécessaire d’avoir de meilleures connaissance sur les bonnes pratiques au quotidien pour ne pas le fatiguer trop vite. Vous ne le savez sûrement pas, mais les pratiques suivantes sont fortement déconseillées :

  • Couper du beurre
  • Casser des os
  • Ramasser vos légumes, viande, poissons coupés avec le fil du couteau
  • Passer le couteau au lave-vaisselle

Si certaines de ces pratiques vous semblent évidentes, d’autres vous interpellent comme par exemple le beurre. Il est vrai que certains aliments comme le beurre, dûs à leur teneur en gras très élevée, ne vont pas aider à maintenir le bon tranchant d’un couteau. Nous conseillons d’avoir un couteau uniquement pour ce type d’aliment afin de préserver les autres à toutes les autres découpes.

Les différentes possibilités pour aiguiser son couteau

Entrons dans les détail afin de vous guider sur la réalisation de cette étape primordiale. Vous connaissez sûrement des méthodes un peu ancestrales, comme frotter deux couteaux entre eux pour retrouver leur tranchant. Alors vous pouvez le faire, mais sachez que ce ne sera pas grâce à cette astuce de grand-mère que la lame sera optimisée comme elle le devrait.

Les autres possibilités d’affûtage sont :

  • L’aiguiseur de couteaux
  • Le fusil
  • La pierre japonaise

Nous allons détailler ces trois possibilités. Premièrement, l’aiguiseur à couteaux est une bonne solution lorsque vous ne souhaitez pas allouer beaucoup de temps à cette tâche. Il existe plusieurs gammes d’aiguiseurs qui se ressentent sur la qualité finale d’aiguisage. Cet accessoire est utile, pratique, rapide et facile à utiliser. Cependant, il recense plusieurs inconvénients. Sachez qu’avec ce type de produit, vous ne pourrez pas respecter l’angle d’aiguisage de base de votre couteau ce qui peut en affecter sa qualité et l’aiguisage ne sera pas régulier. Vous devrez donc vous y reprendre à de nombreuses reprises pour avoir un tranchant correct, mais jamais parfait. Enfin, gros point noir de cet accessoire : il casse le fil de la lame. En effet, cette méthode est très agressive pour nos couteaux et mène dans la quasi-totalité des cas, à la dégradation très rapide de votre fil. Si votre fil se casse, vous n’aurez plus jamais un couteau parfait dans sa précision et qualité de coupe.

Passons au fusil. Ici, nous sommes sur un bon accessoire permettant de contrôler l’aiguisage et offrant la possibilité de respecter un angle d’affûtage. En utilisant le fusil, vous devrez faire attention à ne pas rayer votre lame tout de même par des mouvements trop brusques et incontrôlés. C’est cependant une bonne solution alternative afin d’aiguiser rapidement son couteau, mais à réaliser avec une belle maîtrise.

Enfin, la pierre japonaise s’offre comme étant la meilleure méthode d’aiguisage. C’est la meilleure, mais c’est aussi la plus complexe et la plus longue. En revanche, c’est un art fascinant et qui respecte le couteau. Lorsque cette méthode est maîtrisée à la perfection, vous pourrez :

  • Respecter l’angle d’aiguisage
  • Rattraper cet angle si un précédant affûtage l’a modifié
  • Obtenir un fil identique à celui du couteau neuf

Alors cette méthode est longue puisqu’elle se réalise en plusieurs étapes et avec des pierres ayant des grains différents pour toucher la perfection. Si vous souhaitez faire aiguiser vos couteaux, vous pouvez vous renseigner juste ici pour avoir une parfaite solution pour redonner du peps à votre lame : nos formules aiguisage

À quelle fréquence doit-on aiguiser notre couteau ?

Bien que cette question ait l’air simple, il n’y a pas vraiment de réponse universelle. Pourquoi ? Tout simplement, un chef cuisinier va nettement plus utiliser ses couteaux qu’un amateur. Alors bien que la cadence joue un rôle essentiel, les aliments coupés sont également acteurs de l’usure du couteau. Afin de donner un chiffre sur cette fréquence, nous dirions que pour un usage régulier du couteau pour toute personne n’étant pas un professionnel, il est nécessaire d’aiguiser tous les 3 à 6 mois environ sa lame pour ne pas l’abîmer. Cet aiguisage concerne principalement l’aiguisage à la pierre japonaise. Les autres alternatives nécessitent plus d’interventions sur la lame pour un usage identique.

Auteur Maison Damas

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.